1. bookVolume 4 (2022): Issue 1 (December 2022)
    Héritage(s) - Kulturerbe
Journal Details
License
Format
Journal
eISSN
2545-3858
First Published
03 Jan 2019
Publication timeframe
1 time per year
Languages
German, English, French
Open Access

La classe de sculpture de Johann F. Duncker à l’Académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg, entre oubli et effacement historiographique

Published Online: 12 Apr 2022
Volume & Issue: Volume 4 (2022) - Issue 1 (December 2022) - Héritage(s) - Kulturerbe
Page range: 19 - 27
Journal Details
License
Format
Journal
eISSN
2545-3858
First Published
03 Jan 2019
Publication timeframe
1 time per year
Languages
German, English, French
INTRODUCTION

L’un des principaux centres de recherche et d’enseignement au XVIIIe siècle en Russie, l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, reste à ce jour un territoire peu exploré en ce qui concerne l’apprentissage des arts. Le cas de la section sculpture est d’autant plus marquant puisqu’aucune étude monographique ne lui est consacrée. Pourtant, cette section convainc ses contemporains et même produit des sculpteurs habiles. Dirigée par Johann Frantz Duncker de 1749 à 1762, elle inaugure l’apprentissage de cet art, longtemps désapprouvé par l’Église orthodoxe, qui condamne sa trop grande proximité avec l’idolâtrie. Sous le regard attentif de ce maître étranger, la sculpture est pour la première fois enseignée de façon académique en Russie, sous presque toutes ses formes, et ce une décennie avant la fondation de l’Académie impériale des beaux-arts en 1757. Il peut alors sembler curieux qu’aucune étude ne soit consacrée à l’héritage laissé par ce sculpteur. Le plus troublant demeure la manière dont les chercheurs russes et occidentaux ont traité l’apprentissage artistique au sein de cette institution, comme en témoigne l’auteur d’un ouvrage majeur sur les académies d’art en Europe, Nikolaus Pevsner, qui l’aborde laconiquement et avec des mots cruels : « L’Académie impériale fondée en 1724 par Pierre le Grand comportait une section beaux-arts dont le développement resta médiocre » (Pevsner, 2018 [1940] : 241). Dans les ouvrages plus contemporains concernant l’histoire de l’art russe, l’apprentissage de la sculpture ne semble commencer qu’à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle avec la fondation de l’Académie impériale des beaux-arts. De l’avis de ces mêmes spécialistes : « La seconde moitié du XVIIIe siècle est marquée par un autre phénomène rare dans l’histoire de l’art russe : le développement inattendu, brillant de la sculpture sous toutes ses formes. […] L’artiste français N. F. Gillet avait joué un grand rôle dès l’ouverture de l’Académie des beaux-arts en y instituant une classe de sculpture. » (Allenov, Dmitieva, Medvedkova 1991 : 234). Aucune place n’est ici accordée à Johann F. Duncker, ni même à sa classe de sculpture. Pourtant, l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg a donné lieu à une abondante bibliographie, bien que celle-ci soit surtout concentrée sur des questions liées aux réseaux que l’institution a tissés avec des personnalités et des instances européennes, principalement dans l’espace germanique (Kowalewcz 2004). Les personnalités étrangères présentes à l’Académie – en particulier les scientifiques comme Gerhard Friedrich Müller, Joseph Nicolas Delisle et Leonhard Euler – ont connu leur lot de travaux. Présentés tantôt comme des opportunistes cupides et vantards, tantôt comme des génies venus diffuser leurs savoirs à un empire en manque de sciences, ils n’en sont pas moins célèbres et toujours commentés aujourd’hui. Enfin, dans les nombreuses études retraçant l’histoire de l’Académie, aussi bien en français, anglais et allemand qu’en russe, les activités de la section d’art restent toujours les moins étudiées. Il faut attendre les années 2000 pour qu’en Russie des chercheuses comme Elena S. Steteskevich (2001) et Galina I. Smagina (2007) réinvestissent ce champ de recherche en y consacrant les premières monographies. Les apports de ces autrices concernent particulièrement l’apprentissage du dessin, laissant de côté celui des autres arts. Elles analysent également les modèles artistiques empruntés aux Occidentaux par les professeurs de l’Académie et les singularités dans la formation mise en place au sein de l’institution.

Au XVIIIe siècle, l’apprentissage de l’art en Russie est un enjeu profondément transnational. À Saint-Pétersbourg, capitale cosmopolite, prospèrent avant tout les sculpteurs français et italiens. Le manque d’expérience et de considération des Russes dans le travail de certains arts est vécu comme un véritable « retard culturel […] douloureusement ressenti » (Lappo-Danilevsky, Mozgovaya 2002 : 155) par un État et une noblesse qui aspirent à transposer les mœurs et les goûts occidentaux chez eux. Souvent dirigés par des artistes étrangers, formés en Occident et utilisant des méthodes et manuels importés sur place, les enseignements de sculpture proposés en Russie doivent avant tout instruire des praticiens locaux, qui peuvent répondre à la demande de la ville. Un paradoxe est pleinement perceptible : les Russes ne veulent plus dépendre de maîtres étrangers, toutefois, ils ont besoin d’eux pour former des sculpteurs locaux assez habiles pour exécuter tout type de commande.

Concomitante des stratégies politiques, d’abord russes, puis soviétiques, l’historiographie met davantage à l’honneur des figures nationales. Longtemps critiqué, voire ignoré, l’héritage laissé par Johann F. Duncker dans cet enseignement a presque disparu des livres d’histoire de l’art. Ses origines germaniques, et celles d’une grande partie des membres de l’Académie peuvent être l’une des causes de ce dénigrement. À travers cet article sont analysées les raisons ayant poussé les chercheurs à négliger la classe de sculpture de l’Académie impériale des sciences. Il est pour cela nécessaire de revenir sur son histoire alors qu’elle était dirigée par Johann F. Duncker, avant de tenter de définir la cause d’un tel oubli, ou d’un effacement historiographique.

JOHANN F. DUNCKER : LE MAÎTRE, LE PROFESSEUR ET SES ÉLÈVES

Les origines de Duncker sont encore incertaines : il serait né en 1714 ou 1718, à Vienne ou à Cologne (Malinovsky 2007 : 217). Il a d’abord travaillé à Copenhague de 1736 à 1738, puis en Russie à partir de 1738, où il œuvra comme maître indépendant. À partir de 1746, il commença à sculpter, avec succès, pour la Chancellerie des bâtiments, instance gérant la construction à Saint-Pétersbourg. Il fut un artiste central de ce milieu du XVIIIe siècle, devenant le sculpteur et décorateur le plus en vue de la capitale russe et de sa région. Il travailla pendant plus de deux décennies sous la direction du célèbre architecte franco-italien Bartolomeo Rastrelli. Ensemble, ils réalisèrent le nouveau Grand Palais de Tsarskoie Selo, ainsi que l’Ermitage, la Grotta et le palais de Monbijou. Duncker produisait également des meubles, dont il fournissait les dessins avant de les réaliser lui-même ou de les faire exécuter par un autre (Logvinova 2014 : 313). De plus, il s’était forgé un important réseau professionnel notamment avec des membres de l’Église luthérienne de Saint-Pétersbourg comme l’architecte Georg Veldten

Duncker était notamment le parrain de la fille de Georg Veldten, Anne Christine, baptisée le 17 avril 1763, alors que la femme de Veldten (Anne-Christine, née Paulsen) était la marraine de la fille de Duncker, Anna-Helena, baptisée le 24 novembre 1770, toutes les deux à l’église Sainte-Anne. TsGIA SPB. f. 708, op. 1, d. 31, Église luthérienne Saint-Anne, fol. 136 et TsGIA SPB. f. 708, op. 1, d. 31, fol. 239 verso.

.

En octobre 1748, Duncker travaillait déjà avec les membres de l’Académie à l’occasion de l’érection d’une colonne triomphante. Toutefois, à cause de son agenda trop chargé, il dut se retirer du projet – il réalisait à la même période les sculptures de l’iconostase et des chambres du palais de Tsarskoie Selo. Le 15 décembre 1749, il rejoignit officiellement l’institution, en signant son contrat pour diriger la classe de sculpture, bien qu’il enseignât à l’Académie depuis septembre de cette même année. Les procèsverbaux de l’institution mentionnent par ailleurs qu’il fut choisi pour ses capacités techniques, et non pour son potentiel de pédagogue (Matériaux, T. 10 : 86). Duncker était une personnalité peu commune à Saint-Pétersbourg, maîtrisant un large panel de compétences techniques. Les tests qu’il passa afin de devenir professeur confirmèrent le désir de l’institution d’avoir un artiste habile sur tous les supports sculptés, mais aussi un bon dessinateur. Ces examinateurs firent l’éloge de ses capacités : « En dessin, on perçoit qu’il sait tout ce que le maître sculpteur doit savoir, et surtout sa principale force dans cet art consiste à dessiner et à imaginer toutes sortes de laubwerks [ornement de végétaux] et d’ornements selon la mode actuelle » (Matériaux, T. 10 : 86). Le dernier segment de phrase dénote implicitement le désir de l’Académie d’avoir un artiste qui maîtrisait le goût à la mode à la cour d’Élisabeth Petrovna. L’institution espérait que celui-ci développe les capacités techniques, mais surtout créatrices de ses élèves. Cependant, comme le rappelle son contrat, Duncker fut sélectionné à la fois pour les connaissances qu’il pourrait inculquer à ses apprentis, ainsi que pour la renommée qu’il apporterait à l’établissement en rejoignant son corps.

Malheureusement, très peu de traces écrites du travail de Duncker concernant sa classe et ses élèves nous sont parvenues à ce jour. La majorité des informations connues ont été transmises par le directeur Jacob von Stählin dans ses mémoires (Malinovsky 1990). Duncker enseigna d’abord à ses étudiants à travailler l’argile, la cire et le bois, des matériaux qui avaient l’avantage d’être très malléables et peu chers. En 1755, il demanda à l’Académie de lui fournir du marbre et les outils pour le travailler (Suslova 1957 : 10, 47). Il semble que ce fut la première fois que la technique de la taille du marbre fut enseignée en Russie, du moins au sein de l’Académie. Au milieu du XVIIIe siècle, il s’agissait d’une compétence rare que seule une poignée de sculpteurs – sans doute tous étrangers – maîtrisait à Saint-Pétersbourg. Cette demande formulée par Duncker était un indice du niveau, déjà avancé, de ses étudiants. Contrairement à la cire et l’argile qui étaient surtout employées pour les études d’après nature et qui pouvaient être retravaillées, le marbre implique nécessairement un moment de gestation, car la reprise est impossible. L’élève prétendant au travail de ce précieux matériau démontrait une étude approfondie du sujet ainsi qu’une maîtrise de toutes les compétences pré-requises (Belioutine, Moleva 1956 : 299).

La technique de la taille était, quant à elle, d’abord enseignée sur du bois. Duncker considérait cette étape comme la dernière avant le passage au marbre, « car il est plus facile pour un élève d’apprendre à couper dans de la matière molle, c’est-à-dire un bois » (Suslova 1957 : 46). Ce matériau limitait toutefois les dimensions de l’ouvrage en cours d’exécution. Dans une optique de professionnalisation, les apprentis les plus habiles étaient invités à travailler sur les chantiers sur lesquels œuvrait Duncker

Il semblerait que cela concernait les apprentis dont la formation était déjà considérée comme terminée. En mai 1755, la Chancellerie des bâtiments avait adressé une lettre à l’Académie pour que deux élèves en sculpture (Mikhail Pavlov et Piotr Stoletov) de la classe de Duncker soient dépêchés sur le chantier des appartements du Palais d’Hiver. Le professeur jugea qu’ils n’étaient pas encore prêts, et que cela serait une « folie » de les envoyer travailler sur un chantier (Suslova 1957 : 46–47).

. D’après Stählin « […] en 1758, il avait tellement bien formé deux étudiants russes [Mikhail Pavlovitch] Pavlov et [Piotr] Stoletov que nous pourrions honnêtement les déclarer apprentis en modelage et sculpture (Malinovsky 1979 : 113) ». D’autres noms d’élèves étaient cités, tels que Sergey Khabarov, Alexander Chvanov, Vasily Grigoriev, Ivan Patrikeev, Alexey, Sergey et Grigogry Bazhenov. Certains auteurs évoquaient toute « une galaxie de sculpteurs russes talentueux », formée par Duncker entre les murs de l’Académie et sur les chantiers de la capitale (Bibikova 1963 : 56). Toujours d’après Stählin : « [en] 1757, il y avait déjà 16 étudiants dans le département de sculpture de l’Académie sous la direction de M. Dunker […] Parmi ceux-ci, certains ont déjà sculpté des bas-reliefs et une sculpture ronde de bosse d’après nature. Et son apprenti [Mikhail Pavlovitch] Pavlov a réussi à sculpter des portraits en argile d’après nature et avec beaucoup de similitudes » (Malinovsky 1979 : 114). Curieusement, nous ne connaissons aucun portrait réalisé par Duncker et aucune trace dans les archives ne laisse supposer qu’il ait enseigné ce genre sculptural. Pavlov aurait-il appris à réaliser des portraits seuls ? Avait-il un autre maître pour lui enseigner cet art ? Quoi qu’il en soit, ce fut dans ses bustes que l’Académie reconnut le talent de Pavlov. Le 19 août 1759, lors d’une assemblée réunissant les différents professeurs, l’élève put présenter ses derniers portraits réalisés d’après nature. Le compte rendu de la séance mentionna que celui-ci « n’avait presque plus rien à étudier ici, et [que] pour acquérir plus de perfection dans la science qui est la sienne il doit, selon l’avis de l’Assemblée, être envoyé à l’étranger pendant un certain temps, dans des endroits où il, à la fois dans la ronde-bosse [боссировании], et surtout dans l’art de la sculpture sur bois et la pierre, peut obtenir plus de maîtres artistiques (Suslova 1957 : 56) ». Être envoyé à l’étranger aux frais de l’Académie des sciences représentait une chance pour Pavlov

En Russie, l’envoi d’étudiants en art à l’étranger était davantage l’affaire de l’Académie impériale des beaux-arts, une institution fondée en 1757, qui inscrit officiellement dans son règlement de 1764 qu’elle « enverrait douze étudiants tous les trois ans, choisis parmi la promotion sortante » (Baudez 2011 : 144).

, qui fut sans doute le seul sculpteur à avoir eu cette opportunité

Lors de son séjour, il est accompagné d’un autre étudiant : Nikolaï Bakhtourny. Formé d’abord au dessin, il commença à suivre les conseils de Pavlov à Paris et s’exerça avec lui à la sculpture (Kostychyn 2018 : 42).

. Il partit à la fin de l’année 1759, séjourna six mois à Dantzig, passa par Amsterdam, Rotterdam et Bruxelles, avant de continuer sa formation dans l’atelier de Jean-Baptiste Pigalle à Paris (Kostychyn 2018 : 43). Il travailla par la suite dans l’atelier d’autres grands sculpteurs parisiens : celui de Christophe-Gabriel Allegrain à partir de juillet 1760, puis de Louis Claude Vassé en octobre 1760

La correspondance que Pavlov eut avec l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, lors de son séjour parisien, est d’une richesse rare. Celle-ci est en grande partie publiée dans la monographie d’Elena Suslova (Suslova 1957), mais demande à être réexaminée au regard des travaux récents concernant la mobilité et l’apprentissage des artistes étrangers à Paris.

. Enfin, en septembre 1761, il rentra à Saint-Pétersbourg et le 19 février 1762 il fut nommé « maître académicien » (Malinovsky 1990 : 175). Quelques mois plus tard, le 8 juin 1762, Duncker démissionna de son poste à la tête de la classe de sculpture. Il savait que « désormais l’Académie n’aurait plus besoin d’embaucher des maîtres étrangers en sculpture » (Suslova 1957 : 33). Il continua sa carrière à la Chancellerie des bâtiments, en tant que sculpteur en chef.

MODÈLES ARTISTIQUES ÉTRANGERS ET SPÉCIFICITÉS LOCALES : LE BERCEAU D’UNE AFFIRMATION RUSSE À L’ACADÉMIE DES SCIENCES

Fondée en 1724 à Saint-Pétersbourg, l’Académie impériale des sciences devait être dès ses débuts une « société des arts et des sciences » (Gavrilova 1973) comprenant ainsi une section ou une académie d’art en son sein. Le tsar Pierre le Grand avait imaginé son Académie comme le meilleur outil pour introduire, acclimater et diffuser les sciences et les arts en Russie, tout en cultivant ceux qui seraient utiles à son empire (Schulze 1985 : 318). Ce type d’institutions jouait déjà un rôle central en Occident. Des personnalités, comme Gottfried Wilhelm Leibniz, lorsqu’il était président de l’Académie royale des sciences de Prusse, incitaient le tsar à fonder son académie avec comme objectif de rapprocher culturellement et intellectuellement le monde slave du reste de l’Europe de l’Ouest (Raeff 1996 : 94).

Cette institution n’était pas seulement pensée comme un cénacle, elle répondait aussi au besoin de former un nombre important de Russes aux différentes sciences. Elle remplissait donc à la fois la fonction d’académie, d’université et de gymnase, ce qui lui permettait de « rendre gloire au développement des sciences tout en profitant à la population en éduquant les jeunes » (Smagina 2017 : 16). Une lourde tâche lui était ainsi attribuée : celle de former une nouvelle catégorie sociale, encore inconnue dans la Russie du début du XVIIIe siècle, des intellectuels, qui devraient concourir à la fortune de l’empire (Berelowitch 2019 : 327). Durant les deux premières décennies, la section arts répondait à la demande d’une main-d’œuvre, destinée à aider à la production et à la diffusion de matériaux scientifiques. L’institution était, avant tout, demandeuse de bons dessinateurs et graveurs afin d’illustrer les travaux des scientifiques. La production découlant de ces ateliers était une source de revenus indispensable au bon fonctionnement de l’institution. Ainsi pendant cette première période, les classes d’arts semblaient répondre à « un objectif strictement utilitaire de promouvoir la science et de desservir divers départements universitaires » (Pronina 1983 : 29).

La section des arts à l’Académie était formée d’un complexe d’ateliers d’art, appelés chambres, où le maître de chaque discipline répondait à des commandes. Les étudiants étaient principalement des soutiens – tels des assistants – qui aidaient le maître dans son travail. Ce système était assez différent de celui des académies d’art en Occident. Depuis la fondation de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris, institution et ateliers devenaient deux espaces bien distincts. Au sein de l’Académie royale, l’étudiant acquérait surtout les techniques du dessin, passait des concours, tout en assimilant un bagage artistique théorique. À l’atelier, celui-ci était soumis à l’autorité d’un maître qui lui transmettait sa spécialité – peinture ou sculpture – sans que l’Académie interfère. À Saint-Pétersbourg, l’atelier et le maître qui le dirigeait étaient administrés par l’Académie impériale et étaient tenus de suivre les règles en vigueur. La formation dispensée dépendait toujours du directeur de la chambre, du maître de l’atelier, et la qualité de l’enseignement relevait des capacités pédagogiques de ce dernier (ibid. : 30). Le système pédagogique de ces deux premières décennies posait deux problèmes majeurs dans la formation des étudiants. Premièrement, bien souvent par manque de temps, les maîtres d’atelier ne pouvaient pas transmettre complètement leurs connaissances. En effet, œuvrant dans un des principaux lieux de production, avec la Chancellerie des bâtiments et les manufactures, les professeurs étaient souvent débordés par les commandes et ne pouvaient répondre aux attentes pédagogiques de leurs étudiants. Deuxièmement, lorsque l’enseignement était possible, celui-ci se faisait uniquement du maître à l’élève, sans ouverture à d’autres disciplines. Il s’agissait le plus souvent d’un transfert des traditions et des compétences directes, d’une génération à l’autre. Ce système est naturellement associé à celui de l’époque médiévale en Occident. Cela signifie généralement que les modèles transmis étaient uniquement ceux du maître. Ils étaient composés d’une gamme spécifique d’images, empêchant toute diversité. Ce type d’enseignement, particulièrement limité, ne pouvait pas répondre aux besoins de la Russie, et surtout de Saint-Pétersbourg, sans cesse en demande de personnes qualifiées pour répondre à une commande en constante expansion (ibid. : 32).

Le nouveau règlement proposé par les professeurs Johann Daniel Schumacher et Grigorij Nikolaevič Teplov, et accordé à l’Académie par l’impératrice Élisabeth Petrovna – la fille de Pierre le Grand – le 4 août 1747, vint officiellement légaliser l’étude des arts au sein de l’institution. Si sa structure et son fonctionnement de base restaient relativement similaires, ce nouveau règlement s’accompagnait d’une revalorisation des dotations de l’Académie. La section des arts devenait indépendante financièrement (Schulze 1985 : 318) ce qui lui permit ainsi d’ouvrir (ou de rouvrir) des classes de spécialités, comme celles de peinture, d’architecture et de sculpture. De plus, certaines tâches purement éducatives furent mises en place au sein des ateliers, ce qui traça les prémices du futur système pédagogique (Pronina 1983 : 38). Au milieu du XVIIIe siècle, l’Académie des sciences et des arts demeurait la seule i nstitution publique en Russie qui pouvait prétendre donner à ses étudiants un programme permettant de se spécialiser dans une discipline artistique, tout en acquérant un bagage théorique conséquent. Jacob von Stählin, « académicien et courtisan », en plus d’occuper les charges de professeur de dessin, dirigea cette nouvelle section d’art avec une infatigable énergie (Liechtenhan 2002 : 321 et Smagina, Somov 2021 : 93–94). Sans doute ses origines germaniques purent déterminer le choix des professeurs qui furent placés à la tête de chaque classe d’art.

Depuis le règlement de 1747, les cours d’art à l’Académie étaient gratuits et accessibles à tous, à l’exception des serfs. Certains élèves pouvaient même recevoir un salaire pour des services rendus, en travaillant notamment sur des commandes passées à l’Académie. Il fallait motiver une majorité de jeunes à venir étudier ces disciplines qui avaient alors encore du mal à convaincre. Les premiers étudiants de la section des arts provenaient en grande partie de l’Académie. Il s’agissait d’apprentis d’autres disciplines issus des sciences ou des langues qui souhaitaient acquérir des bases solides en dessin, avant de potentiellement continuer à se spécialiser dans une discipline artistique. Les étudiants qui n’étaient pas de l’Académie avaient été envoyés par d’autres instances comme la Chancellerie, l’Amirauté, les manufactures, pour se former sur des techniques précises. D’autres encore s’étaient directement inscrits dans les classes d’art pour y suivre les cours, sans provenir d’aucune institution

C’était notamment le cas de Mikhail Pavlovitch Pavlov que Johann F. Duncker considérait comme son meilleur élève (Suslova 1957 : 5).

. Les étudiants voulant rejoindre la section d’art devaient connaître la langue de leurs professeurs, en général l’allemand, afin de faciliter leur apprentissage et pour communiquer avec leurs futurs employeurs potentiels

En décembre 1748, la Chancellerie des bâtiments envoya un de ses apprentis étudier à l’Académie des sciences. Dans le rapport rédigé à cette occasion, il est mentionné que celui-ci devait assimiler à la fois le dessin et la langue allemande (Steteskevich 2001 : 126).

. De plus, une grande partie de la littérature scientifique et artistique était directement importée d’Occident et la traduction de ces ouvrages n’a été réalisée, pour la plupart, qu’à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle (Schulze 1985 : 313–314). Pour la peinture et la sculpture, la base de l’enseignement reposait sur le dessin. Tous les étudiants commençaient à suivre ces cours alors dispensés par le professeur bavarois Johann Elias Grimmel. Dans un premier temps, celui-ci observait le potentiel de chaque étudiant pendant une période probatoire de trois mois avant de les autoriser à continuer leur apprentissage (Steteskevich 2001 : 145). Fondées sur le principe de la mimèsis (Dubova 2009 : 172), comme pour les académies d’Occident, les classes étaient réparties en trois niveaux : d’abord la copie d’après les dessins et gravures de maîtres, puis d’après la bosse (sculpture moderne et ancienne), enfin d’après nature (Steteskevich 2019 : 160). Les copies d’après dessins et gravures étaient en grande partie réalisées à partir de l’ouvrage de Johann Daniel Preissler, Die durch Theorie erfundene Practic, oder Gründlich-verfasste Reguln, deren man sich als einer Anleitung zu berühmter Künstlere Zeichen-Wercken bestens bedienen kan [sic], traduit et imprimé à l’Académie des sciences à partir de 1734 (ibid. : 151). Le grand nombre de rééditions de cet ouvrage témoigne de son succès en Russie, où il resta une référence jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. La deuxième étape de cet apprentissage était le dessin d’après sculpture, qui introduisait un travail des ombres et des formes beaucoup plus complexe que pour la gravure. Le 30 avril 1748, les professeurs Grimmel et Stählin commandèrent à Amsterdam plusieurs célèbres copies de statues antiques – dont une Vénus, un Apollon et un Laocoon – qui permirent de diversifier considérablement les figures à copier (Matériaux, T. 9 : 312–313). Aucune autre institution en Russie au milieu du XVIIIe siècle ne pouvait se vanter de telles collections de gravures et de plâtres que le département d’art de l’Académie des sciences. Venait enfin la dernière étape dans la formation : le dessin d’après nature. L’apprenti était surtout jugé sur ses compétences techniques, mais aussi créatives. Duncker, qui supervisait la classe de dessin d’après nature aux côtés de Grimmel, encourageait les élèves sur la voie de « l’invention », pour que ceux-ci ne furent pas de simples imitateurs, mais de véritables sculpteurs et décorateurs qui pourraient redéfinir eux-mêmes la production artistique russe.

UN HÉRITAGE ASSUJETTI PAR LES STRATÉGIES POLITIQUES ET ENJEUX INTERNATIONAUX

Les éléments évoqués précédemment sont absents des ouvrages généraux actuels sur l’art russe. Les raisons de cette carence bibliographique, concernant la formation artistique dispensée par la communauté germanophone, sont pour l’heure encore incertaines. Toutefois, il pourrait s’agir d’une stratégie employée particulièrement par les Français, les Italiens, ainsi que les Russes, afin d’effacer cette parenthèse germanique dans l’histoire artistique de la Russie. Cette stratégie s’est jouée en deux temps.

Le premier est contemporain de la classe de sculpture. Les propos des voyageurs et commentateurs étrangers sur l’état de l’art à Saint-Pétersbourg au siècle des Lumières étaient assez durs en ce qui concernait le foyer artistique russe, souvent considéré comme une copie médiocre des productions occidentales. Certains, à l’image de Sabathier de Cabre en 1772, n’en percevaient toujours pas l’existence et n’envisageaient même pas son apparition : « Les arts ne fleuriront jamais en Russie et n’y seront pas même portés au point où ils sont en Allemagne. » (Cabre 1869 : 13) Cette dernière partie de phrase permet d’observer la faible considération qu’avait ce Français de l’art en Allemagne. L’auteur considérait également la Russie comme un territoire vide, une feuille blanche, où il était possible de prétendre à la supériorité de sa culture et de son art. Saint-Pétersbourg devint le terrain de rapports de force idéologiques des différentes communautés nationales et internationales présentes sur place. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, les Allemands sont très nombreux dans la société russe, et exercent une emprise considérable sur la cour de Saint-Pétersbourg. L’impératrice Anne qui régna de 1730 à 1740, avait d’ailleurs choisi un Allemand du nom de Ernst Johann von Biron comme favori et grand chambellan. L’historiographie a appelé Bironovchina (« ère de Biron ») cette époque où l’influence étrangère, souvent dite allemande, s’exerçait à la cour impériale (Rogger 1960 : 22). À ce moment, la langue allemande était la deuxième langue la plus parlée par l’aristocratie. Après le coup d’État de la fille de Pierre le Grand, Élisabeth, les Allemands présents à de hautes fonctions furent progressivement remplacés par des Russes. Cette nouvelle génération d’aristocrates n’avait pas été éduquée comme leurs prédécesseurs. Lors des séjours qu’ils firent à l’étranger, les Russes avaient constaté qu’un peu partout en Europe les grandes maisons seigneuriales employaient des Français

Vladislav Rjeoutski a particulièrement travaillé cette question et notamment de la présence de français, gouvernants ou professeurs, dans l’éducation du jeune noble (Rjeoutski 2016).

. Ils voulurent eux aussi se mettre à la mode de leurs homologues européens et dès lors, les Français commencèrent à être de plus en plus présents dans les demeures russes. La langue française devint ainsi la langue de la cour, et le russe celui de l’administration. À partir des années 1760 et le début du règne de Catherine II, le français devenait la langue la plus enseignée, d’abord dans le privé, par des tuteurs et gouvernants, puis dans les institutions : académies, universités, gymnases (Offord, Rjéoutski, Argent 2018 : 139). Il prit alors le pas sur l’allemand qui resta toutefois une langue ensei gnée, car très présente dans beaucoup de domaines, comme le militaire et le scientifique. Le goût et les modèles n’étaient plus ceux des pays germaniques, mais ceux du monde latin, avec la France et l’Italie en tête. Le coup de grâce fut porté par l’ouverture de l’Académie des beaux-arts en 1757, dont les premiers membres recrutés à l’étranger étaient presque exclusivement des artistes parisiens. Cette nouvelle Académie, dirigée par un francophone et francophile particulièrement influent, Ivan Chouvalov, s’imposa comme le principal centre d’enseignement artistique en Russie. Elle récupéra même les étudiants les plus prometteurs de l’Académie des sciences

Ce fut le cas de Piotr Stoletov, formé au côté de Pavlov par Duncker, qui dès 1758 devint l’assistant du sculpteur français Nicolas-François Gillet à l’Académie impériale des beaux-artes (Kostychyn 2018 : 45).

. Ainsi, l’effacement de l’héritage germanique à Saint-Pétersbourg se joua d’abord dans une histoire presque immédiate.

Dans un second temps, un nouvel effacement de la présence germanique dans la formation des sculpteurs débuta à la fin du XIXe siècle, lorsque les premières études françaises concernant l’histoire de l’art russe virent le jour. Au cours de son existence, l’Académie des sciences connut plusieurs fois des moments de lutte contre « l’emprise étrangère » (Vaselova 2020 : 199). Chez les historiens russes, l’académicien « allemand » était alors perçu comme une personne qui « contrariait le développement de la science russe » et « méprisait foncièrement et écrasait tout ce qui est russe » (ibid. : 200). Dans ces écrits, les liens culturels franco-russes et « l’influence française » connaissent quant à eux un meilleur traitement que ceux des pays germaniques. Pour Marc Raeff, la grande proximité géographique du monde slave et avec ses voisins allemands pouvait expliquer cette différence de traitement. Évoquer « l’influence française » semblait « politiquement moins dangereuse parce que plus indirecte et plus lointaine » (Raeff 1996 : 91).

Dans cette période d’avant-guerre, les chercheurs français focalisèrent leur attention sur la Russie pour y trouver la trace du modèle culturel français. Cet objet d’étude était un nouveau moyen de montrer une prétendue supériorité française et par la même une occasion de se détourner du monde germanique. Le terrain d’étude russe et son développement artistique devinrent « de nouveaux lieux d’affrontement désormais culturel avec l’impérialisme allemand » (Rjeoutski 2006 : 293). Bien loin des idées d’explorations d’un champ d’étude qui pourrait amener la culture russe sur le devant de la scène, les projets que portaient ces auteurs français étaient avant tout le contournement de l’Allemagne : « Face à la pression du modèle germanique dans les années qui suivent la défaite de 1870, la Russie n’est pas seulement un recours militaire, elle est aussi un espace de référence vierge » (Guichard 1999). L’omniprésence des germanistes français parmi les chercheurs qui investirent ce nouveau champ de recherche est un indice de plus dans ce détournement de l’Allemagne. Louis Réau – ancien germaniste et père des historiens de l’art français spécialistes de la Russie – affirmait en 1938, dans son Europe française au siècle des Lumières, que :

les sculpteurs français ont trouvé dans la Russie nouvelle de Pierre le Grand, où tout était à créer, un champ d’action presque illimité. Nulle part, ils ont rencontré moins d’obstacles puisqu’ils ne trouvaient en face d’eux aucune concurrence nationale ou étrangère ; nulle part ils n’ont fait lever une plus riche moisson puisque l’École de sculpture russe de la fin du XVIIIe siècle est à proprement parler leur création.

(Réau 1971 [1938] : 154)

Johann Frantz Duncker et sa classe de sculpteurs devaient sans doute être connus de Réau, mais celui-ci se garda de la mentionner, tout comme il se garda d’évoquer la présence continue d’artistes issus des sphères germanophones à Saint-Pétersbourg.

Dans la première moitié du XXe siècle, l’absence d’études en Allemagne, comparables à celles de Réau, traitant de l’histoire des relations culturelles entre le monde germanique et le monde slave, accentua ce poncif. De manière plus générale, Pavel Brekov (1958 : 64) puis Marc Raeff remarquèrent, qu’« il n’y a[vait] pas d’ouvrage sur le rôle de la culture allemande semblable à celui d’Haumant

Émile Haumant (1910), La culture française en Russie (1700–1900), Paris, Hachette.

sur la culture française ou de Simmons

Ernest Joseph Simmons (1935), English literature and culture in Russia (1553–1840), Cambridge, Harvard University Press.

sur l’influence anglaise » (Raeff 1996 : 90). À cela s’ajoutèrent les travaux plus tardifs d’Ettore Lo Gatto

Ettore Lo Gatto (1932–1943), Gli artisti italiani in Russia, Rome, Libreria dello Stato, 2 vol.

pour ce qui est de la culture italienne.

Du côté russe, l’histoire de la classe de Duncker resta dans l’ombre de l’Académie. La première fois que la section d’art a été évoquée, ce fut par les travaux de Piotr Pekarsky (1870) sur l’histoire de l’Académie des sciences, puis par ceux de Piotr Petrov (1838), qui portait son attention sur le cas des étudiants russes qui séjournèrent en Europe. Il fallut toutefois patienter jusqu’au début du XXe siècle pour voir éclore autour de revues telles que Mir iskousstva et Starye Gody une multitude de travaux autour des artistes étrangers en Russie et de l’enseignement artistique à Saint-Pétersbourg. Des chercheurs – à l’image du Russe Nicolas Wrangel – ont voulu déterminer les « points de contact entre la culture russe et celle de l’Europe » (Steteskevich 2001 : 8), identifiant le niveau d’influence qu’avait pu exercer des modèles occidentaux sur Saint-Pétersbourg. En s’appuyant sur une masse d’information conséquente, Wrangel brossa un portrait flatteur des « maîtres étrangers, qui sont venus en Russie en grand nombre, influencent fortement leurs étudiants russes, et ce mélange de goût européen raffiné avec une spontanéité purement russe […] et la caractéristique la plus intéressante et particulièrement belle de l’art russe de la première moitié du XVIIIe siècle » (Wrangel 1907 : 252). C’est d’ailleurs dans ces revues, et en particulier dans les textes de Nicolas Wrangel, que Louis Réau puisa en grande partie les données qu’il réutilisa pour ses ouvrages (Medevekov 2003 : 30).

Pendant l’époque soviétique, l’histoire de l’art de la période impériale était un sujet tabou. La présence des étrangers dans la formation artistique est rabaissée, voire fortement critiquée. L’ouvrage publié en 1956 par Eli Belioutine et Nina Moleva sur le Système pédagogique de l’Académie des beaux-arts illus tre cela en défendant l’idée que la raison qui poussa le gouvernant à fonder des académies était surtout une solution pour ne plus dépendre des étrangers : « il faut tout d’abord garder à l’esprit que, puiser dans le trésor de la culture mondiale, la Russie a dessiné pour ses propres fins, conformément à eux, retravaillé, enrichissant les acquis de sa propre expérience et, surtout, en y investissant un nouveau contenu national » (Belioutine, Moleva 1956 : 30). Belioutine et Moleva n’hésitent pas à dissimuler les initiatives d’artistes voulant former des apprentis et proposer la fondation d’écoles – tel que le peintre français Louis Caravaque –, qui à leurs yeux avaient surtout des idées cupides, répondant à une ambition personnelle. Les personnalités russes sont au contraire mises en avant, parfois à l’excès. Les auteurs privilégient en effet des figures comme celle de Mikhaïl Lomonossov, premier Russe à devenir membre de l’Académie des sciences (Schulze 1985 : 318), et rabaissent l’importance d’autres, comme Jacob von Stählin, ou même d’Ivan Chouvalov, jugé trop francophile et francophone. Cette mise en lumière de personnalités locales a toutefois permis la redécouverte d’artistes et de personnalités totalement oubliés de l’histoire. Il n’est d’ailleurs pas étonnant qu’Elena Suslova ait publié sa monographie sur Pavlov l’année suivante, en 1957, alors qu’il n’existait – et n’existe toujours pas – d’étude complète sur Duncker. L’ensemble de ces travaux, comme ceux d’avant-guerre, doivent être considérés avec une certaine distance ; bien qu’ils soient une source d’informations précieuses, ils restent particulièrement marqués par les réflexions politiques des auteurs.

Depuis la chute de l’URSS, et même un peu avant avec des expositions comme La France et la Russie au siècle des Lumières (Grand Palais 1986), les échanges entre l’Est et l’ Ouest ont connu un nouvel élan, ravivant par la même occasion un intérêt pour l’étude des étrangers en Russie et leurs travaux de pédagogues. La situation post-soviétique semblait plus favorable à ce type de recherche. D’ailleurs, le grand nombre de projets de recherches et de travaux réalisés dans la dernière décennie du XXe siècle et la première du XXIe siècle furent les héritiers de la disparition de l’URSS et de l’accessibilité à de nouvelles archives. L’attrait des chercheurs pour cet espace et cette période permit de réhabiliter les artistes issus des mondes germaniques qui œuvrèrent à Saint-Pétersbourg. En s’appuyant en grande partie sur la masse de données laissées par Jacob von Stählin, Konstantin V. Malinovsky a fait redécouvrir toute une partie de ces artistes et de leurs élèves russes, montrant la richesse d’une communauté impor tante par le nombre et par son implication dans la définition de la culture locale (Malinovsky 2007). Un héritage artistique fut également mis en avant par les institutions muséales de Saint-Pétersbourg et de Moscou qui organisèrent des expositions consacrées à ces artistes et leurs carrières russes comme ce fut le cas de Georg Friedrich Schmidt

« Георг Фридрих Шмидт (1712–1775). Гравер короля [Georg Friedrich Schmidt (1712–1775). Graveur royal] » organisée par le musée de l’Ermitage du 6 septembre au 19 novembre 2017.

et des frères Grooth

« Братья Гроот: портретист и зверописец. Немецкие художники при Российском дворе [Les frères Groot: un portraitiste et un peintre animalier. Artistes allemands à la cour de Russie] » organisée par le Musée Tsaritsyno à Moscou du 1 juin au 17 septembre 2017.

.

CONCLUSION

Les premiers résultats de cette historiographie, si contrastée, poussent à ouvrir le champ de recherche, et ne plus se limiter à des études bilatérales, souvent renforcées par des expositions : France-Russie, Russie-Angleterre, Russie-Italie… La classe de Duncker n’était pas seulement un lieu où un étranger transmettrait son savoir : il s’agissait d’un lieu de rencontre entre la tradition et la nouveauté dans l’apprentis-sage, entre Saint-Pétersbourg et l’Occident. Cette Académie, fondée dans la ville alors la plus cosmopolite de Russie, véritable laboratoire des formes et des idées, permit à de jeunes Russes d’acquérir les bases d’un enseignement académique de la sculpture pour qu’ensuite à leur tour ils puissent les transmettre. Ce sont ces élèves qui donnèrent naissance à l’école de sculpture russe au milieu du XVIIIe siècle.

Il paraît ainsi indispensable de dépasser les rapports de force qui ont construit cette historiographie, en déplaçant le regard du chercheur : celui-ci n’observant plus comment une aire culturelle a influencé la Russie, mais comment la Russie s’est nourrie de tous ces modèles — anciens et modernes, étrangers et locaux — pour définir sa propre identité artistique. En adoptant une approche transnationale pour ce sujet, l’héritage laissé par les membres de l’Académie peut être pris dans son ensemble et ne plus être assujetti aux enjeux nationaux et internationaux.

Sabathier de Cabre, Honoré-Auguste (1869), Catherine II, sa cour et la Russie en 1772, Berlin, A. Ascher & Cie. Sabathier de CabreHonoré-Auguste 1869 Catherine II, sa cour et la Russie en 1772 Berlin A. Ascher & Cie Search in Google Scholar

Материалы для истории Императорской академии наук [Matériaux pour l’histoire de l’Académie impériale des sciences], tomes 9 et 10, Saint-Pétersbourg, Tипография Императорской академии наук. Материалы для истории Императорской академии наук [Matériaux pour l’histoire de l’Académie impériale des sciences], tomes 9 et 10 Saint-Pétersbourg Типография Императорской академии наук Search in Google Scholar

Allenov, Mihail M./ Dmitrieva, Nina A./ Medvedkova, Olga (1991), L’art russe, Paris, Editions Citadelles. AllenovMihail M. DmitrievaNina A. MedvedkovaOlga 1991 L’art russe Paris Editions Citadelles Search in Google Scholar

Baudez, Basile, (2011), « Les pensionnaires russes en Italie et en France au XVIIIe siècle », in Meyer, Véronique / Pujalte-Fraysse, Marie-Luce (éd.), Voyages d’artistes en Italie du Nord, XVIe–XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 143–154. BaudezBasile 2011 « Les pensionnaires russes en Italie et en France au XVIIIe siècle » in MeyerVéronique Pujalte-FraysseMarie-Luce (éd.), Voyages d’artistes en Italie du Nord, XVIe–XIXe siècle Rennes Presses Universitaires de Rennes 143 154 Search in Google Scholar

Belioutine, Eli M. / Moleva, Nina M. (1956), Педагогическая система Академии художеств XVIII века [Le système pédagogique de l’Académie des Arts du XVIIIe siècle], Moscou, Искусство. BelioutineEli M. MolevaNina M. 1956 Педагогическая система Академии художеств XVIII века [Le système pédagogique de l’Académie des Arts du XVIIIe siècle] Moscou Искусство Search in Google Scholar

Berelowitch, Wladimir (2019), « L’Académie des sciences », in Nivat, Georges (éd.), Les sites de la mémoire russe, tome II Histoire et mythes de la mémoire russe, Paris, Fayard, 324–341. BerelowitchWladimir 2019 « L’Académie des sciences » in NivatGeorges (éd.), Les sites de la mémoire russe, tome II Histoire et mythes de la mémoire russe, Paris Fayard 324 341 Search in Google Scholar

Berkov, Pavel N. (1958), « Deutsch-russische kulturelle Beziehungen im 18. Jahrhundert », in Berkov, Pavel N. / Figurovskij, Nikolaj A. / Zubov, Valentine P. (éd.), Die deutsch-russische Begegnung und Leonhard Euler, Berlin, Akademie-Verlag, 64–85. BerkovPavel N. 1958 « Deutsch-russische kulturelle Beziehungen im 18. Jahrhundert » in BerkovPavel N. FigurovskijNikolaj A. ZubovValentine P. (éd.), Die deutsch-russische Begegnung und Leonhard Euler Berlin Akademie-Verlag 64 85 Search in Google Scholar

Bernard, Antonia (2008), « Les Lumières, la slavistique et l’éveil national », Revue des études slaves, tome 79, fascicule 1-2, 9–20. https://www.persee.fr/doc/slave_0080-2557_2008_num_79_1_7122. BernardAntonia 2008 « Les Lumières, la slavistique et l’éveil national » Revue des études slaves 79 1-2 9 20 https://www.persee.fr/doc/slave_0080-2557_2008_num_79_1_7122. 10.3406/slave.2008.7122 Search in Google Scholar

Bibikova, I. M. (1963), « Монументально-декоративная резьба по дереву [Sculpture monumentale et décorative en bois]», Русское декоративное искусство, tome 2, Moscou, Издательство Академии Наук СССР, 35–76. BibikovaI. M. 1963 « Монументально-декоративная резьба по дереву [Sculpture monumentale et décorative en bois]» Русское декоративное искусство, tome 2 Moscou Издательство Академии Наук СССР 35 76 Search in Google Scholar

Dubova, Olga B. (2009), Становление академической школы в западно-европейской культуре [La formation d’une école académique dans la culture d’Europe occidentale], Moscou, Памятники исторической мысли. DubovaOlga B. 2009 Становление академической школы в западно-европейской культуре [La formation d’une école académique dans la culture d’Europe occidentale] Moscou Памятники исторической мысли Search in Google Scholar

Gavrilova, Evgenia I. (1973), « Ломоносов и основание Академии художеств (Ломоносов и основание Академии художеств) », Русское искусство XVIII века, Moscou, Наука. GavrilovaEvgenia I. 1973 « Ломоносов и основание Академии художеств (Ломоносов и основание Академии художеств) » Русское искусство XVIII века Moscou Наука Search in Google Scholar

Guichard, Benjamin (1999), « Parler russe : un enjeu de l’alliance franco-russe ? », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, 119–137. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02552885/document. GuichardBenjamin 1999 « Parler russe : un enjeu de l’alliance franco-russe ? » Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin 119 137 https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02552885/document. Search in Google Scholar

Kostychyn, Dmitrii N. (2018), Из истории пенсионерства в аннинскую и елизаветинскую эпохи [De l’histoire des pensionnaires aux époques d’Anna et Élisabeth], Moscou, Academia. KostychynDmitrii N. 2018 Из истории пенсионерства в аннинскую и елизаветинскую эпохи [De l’histoire des pensionnaires aux époques d’Anna et Élisabeth] Moscou Academia Search in Google Scholar

Kowalewcz, Michel (2004) « Quelques aspects des réseaux de langue allemande autour de l’Académie des sciences de Pétersbourg », in Dulac, Georges (éd.), La Culture française dans les archives russes, une image de l’Europe au XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, Centre International d’étude du XVIIIe siècle, 211–239. KowalewczMichel 2004 « Quelques aspects des réseaux de langue allemande autour de l’Académie des sciences de Pétersbourg » in DulacGeorges (éd.), La Culture française dans les archives russes, une image de l’Europe au XVIIIe siècle Ferney-Voltaire Centre International d’étude du XVIIIe siècle 211 239 Search in Google Scholar

Lappo-Danilevsky, Konstantin / Mozgovaya, Elena B. (2002), « Идеи И. И. Винкельмана и Петербургская академия художеств в XVIII столетии [Les idées de J. J. Winckelmann et de l’Académie des Arts de Pétersbourg au XVIIIe siècle] », ХVIII век. (XVIIIe siècle), Saint-Pétersbourg, Наука, 155–179. Lappo-DanilevskyKonstantin MozgovayaElena B. 2002 « Идеи И. И. Винкельмана и Петербургская академия художеств в XVIII столетии [Les idées de J. J. Winckelmann et de l’Académie des Arts de Pétersbourg au XVIIIe siècle] » ХVIII век. (XVIIIe siècle) Saint-Pétersbourg Наука 155 179 Search in Google Scholar

Laruelle, Marlène (2006), « Regards sur la réception du radicalisme allemand chez les panslavistes et les eurasistes russes », Revue germanique internationale, 3, 145–155. https://journals.openedition.org/rgi/122. LaruelleMarlène 2006 « Regards sur la réception du radicalisme allemand chez les panslavistes et les eurasistes russes » Revue germanique internationale 3 145 155 https://journals.openedition.org/rgi/122. 10.4000/rgi.122 Search in Google Scholar

Liechtenhan, Francine-Dominique (2002), « Jacob von Stählin, académicien et courtisan », Cahiers du monde russe. Russie – Empire russe – Union soviétique et États indépendants, 43(2–3), 321–332. https://journals.openedition.org/monderusse/8496. LiechtenhanFrancine-Dominique 2002 « Jacob von Stählin, académicien et courtisan » Cahiers du monde russe. Russie – Empire russe – Union soviétique et États indépendants 43 2–3 321 332 https://journals.openedition.org/monderusse/8496. Search in Google Scholar

Logvinova, Elena E. (2014), « И. Дункер и декоративное и мебельное убранство Фонтанного дома в середине XVIII века [J. Duncker et la décoration et le mobilier de la maison de la fontaine au milieu du XVIIIe siècle] », Историческая и социально-образовательная мысль, tome 6, 312–314. LogvinovaElena E. 2014 « И. Дункер и декоративное и мебельное убранство Фонтанного дома в середине XVIII века [J. Duncker et la décoration et le mobilier de la maison de la fontaine au milieu du XVIIIe siècle] » Историческая и социально-образовательная мысль 6 312 314 Search in Google Scholar

Malinovsky, Konstantin V. (1990), Записки Якоба Штелина об изящных искусствах в России [Mémoires de Jacob Stählin, sur les beaux-arts en Russie], Moscou, Искусство. MalinovskyKonstantin V. 1990 Записки Якоба Штелина об изящных искусствах в России [Mémoires de Jacob Stählin, sur les beaux-arts en Russie] Moscou Искусство Search in Google Scholar

Malinovsky, Konstantin V. (1979), « Записки Якоба Штелина о скульптуре в России в XVIII в. [Notes de Jacob von Stählin sur la sculpture en Russie au XVIIIe siècle] », in Alekseeva T.V. (éd.), Русское искусство второй половины XVIII- первой половины XIX в. Материалы и исследования [L’Art russe de la seconde moitié du XVIIIe-première moitié du XIXe siècle. Matériaux et recherche], Moscou, Издательство « наука », 108–136. MalinovskyKonstantin V. 1979 « Записки Якоба Штелина о скульптуре в России в XVIII в. [Notes de Jacob von Stählin sur la sculpture en Russie au XVIIIe siècle] » in AlekseevaT.V. (éd.), Русское искусство второй половины XVIII - первой половины XIX в. Материалы и исследования [L’Art russe de la seconde moitié du XVIIIe-première moitié du XIXe siècle. Matériaux et recherche] Moscou Издательство « наука » 108 136 Search in Google Scholar

Malinovsky, Konstantin V. (2007), Художественные связи Германии и Санкт-Петербурга в XVIII веке [Liens artistiques entre l’Allemagne et Saint-Pétersbourg au XVIIIe siècle], Saint-Pétersbourg, Крига. MalinovskyKonstantin V. 2007 Художественные связи Германии и Санкт-Петербурга в XVIII веке [Liens artistiques entre l’Allemagne et Saint-Pétersbourg au XVIIIe siècle] Saint-Pétersbourg Крига Search in Google Scholar

Medvedkova, Olga (2002), « ‘Scientifique’ OU ‘intellectuel’ ? Louis Réau et la création de l’Institut français de Saint-Pétersbourg », Cahiers du monde russe. Russie – Empire russe – Union soviétique et États indépendants, 43(2–3), 411–422. https://journals.openedition.org/monderusse/8503. MedvedkovaOlga 2002 « ‘Scientifique’ OU ‘intellectuel’ ? Louis Réau et la création de l’Institut français de Saint-Pétersbourg » Cahiers du monde russe. Russie – Empire russe – Union soviétique et États indépendants 43 2–3 411 422 https://journals.openedition.org/monderusse/8503. 10.4000/monderusse.8503 Search in Google Scholar

Medvedkova, Olga (2003), « Les architectes et les artistes français à Saint-Pétersbourg au XVIIIe et au début du XIXe siècle : présences directes et indirectes », in Berelowitch W, Lissitsyna G., Les Français à Saint-Pétersbourg : catalogue de l’exposition, Saint-Pétersbourg, Palace Edition, 26–40. MedvedkovaOlga 2003 « Les architectes et les artistes français à Saint-Pétersbourg au XVIIIe et au début du XIXe siècle : présences directes et indirectes » in BerelowitchW LissitsynaG. Les Français à Saint-Pétersbourg : catalogue de l’exposition Saint-Pétersbourg Palace Edition 26 40 Search in Google Scholar

Offord, Derek C. / Rjeoustki, Vladislav Stanislavovič / Argent, Gesine (2018), The French Language in Russia: a Social, Political, Cultural, and Literary History, Amsterdam, Amsterdam University Press. OffordDerek C. RjeoustkiVladislav Stanislavovič ArgentGesine 2018 The French Language in Russia: a Social, Political, Cultural, and Literary History Amsterdam Amsterdam University Press 10.1515/9789048532766 Search in Google Scholar

Pekarsky, Piotr P. (1870), История императорской Академии наук в Петербурге [Histoire de l’Académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg], Saint-Pétersbourg, Типография Императорской академии наук. PekarskyPiotr P. 1870 История императорской Академии наук в Петербурге [Histoire de l’Académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg] Saint-Pétersbourg Типография Императорской академии наук Search in Google Scholar

Petrov, Piotr N. (1883), « Русские живописцы-пенсионеры Петра Великого [Peintres russes pensionnaires de Pierre le Grand] », Вестник изящных искусств. Вып. I. Т. I. Saint-Pétersbourg, 66–98. PetrovPiotr N. 1883 « Русские живописцы-пенсионеры Петра Великого [Peintres russes pensionnaires de Pierre le Grand] » Вестник изящных искусств. Вып. I. Т. I. Saint-Pétersbourg 66 98 Search in Google Scholar

Pevsner, Nikolaus (2018 [1940]), Les académies d’art : passé et présent, Paris, Klincksieck. PevsnerNikolaus 2018 [1940] Les académies d’art : passé et présent Paris Klincksieck Search in Google Scholar

Pronina, Inna A. (1983), Декоративное искусство в Академии художеств: из истории русской художественной школы XVIII - первой половины XIX века [Art décoratif à l’Académie des Arts : l’histoire de l’école d’art russe du XVIIIe à la première moitié du XIXe siècle], Moscou, Изобразительное искусство. ProninaInna A. 1983 Декоративное искусство в Академии художеств: из истории русской художественной школы XVIII - первой половины XIX века [Art décoratif à l’Académie des Arts : l’histoire de l’école d’art russe du XVIIIe à la première moitié du XIXe siècle] Moscou Изобразительное искусство Search in Google Scholar

Raeff, Marc (1996), Politique et culture en Russie : 18e–20e siècle, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales. RaeffMarc 1996 Politique et culture en Russie : 18e–20e siècle Paris Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales Search in Google Scholar

Réau, Louis (1909), L’art français en Russie, Paris, La Grande Revue. RéauLouis 1909 L’art français en Russie Paris La Grande Revue Search in Google Scholar

Réau, Louis (1924), Histoire de l’expansion de l’art français moderne, tome 4, Le monde salve et l’Orient, Paris, Henri Laurens. RéauLouis 1924 Histoire de l’expansion de l’art français moderne, tome 4, Le monde salve et l’Orient Paris Henri Laurens Search in Google Scholar

Réau, Louis (1925), « Relations artistiques entre la France et la Russie », in Mazon, André (éd.), Mélanges publiés en l’honneur de M. Paul Boyer, Paris, H. Champion. RéauLouis 1925 « Relations artistiques entre la France et la Russie » in MazonAndré (éd.), Mélanges publiés en l’honneur de M. Paul Boyer Paris H. Champion Search in Google Scholar

Réau, Louis (1971 [1938]), L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel. RéauLouis 1971 [1938] L’Europe française au siècle des Lumières Paris Albin Michel Search in Google Scholar

Rjeoutski, Vladislav (2006), « Французский Институт в С.-Петербурге (1911–1919) и русско-французское научное сближение [Institut français de Saint-Pétersbourg (1911–1919) et rapprochement scientifique russo-français] », Россия и Франция, XVIII–XX века, вып. 7, отв. ред. д.и.н. П. Черкасов, Moscou, Наука, 293–322. RjeoutskiVladislav 2006 « Французский Институт в С.-Петербурге (1911–1919) и русско-французское научное сближение [Institut français de Saint-Pétersbourg (1911–1919) et rapprochement scientifique russo-français] » Россия и Франция, XVIII–XX века, вып. 7, отв. ред. д.и.н. П. Черкасов Moscou Наука 293 322 Search in Google Scholar

Rjeoutski, Vladislav (éd.) (2016), Quand le français gouvernait la Russie. L’éducation de la noblesse russe, 1750–1880, Paris : L’Harmattan. RjeoutskiVladislav (éd.) 2016 Quand le français gouvernait la Russie. L’éducation de la noblesse russe, 1750–1880 Paris L’Harmattan Search in Google Scholar

Schulze, Ludmilla (1985), « The Russification of the St. Petersburg Academy of Sciences and Arts in the Eighteenth Century », The British Journal for the History of Science, 18(3), 305–335. SchulzeLudmilla 1985 « The Russification of the St. Petersburg Academy of Sciences and Arts in the Eighteenth Century » The British Journal for the History of Science 18 3 305 335 Search in Google Scholar

Smagina, Galina I. (2017), « Организационная модель Петербургской Академии наук как синтез Европейского опыта начала XVIII века в российских условиях [Le modèle d’organisation de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg comme synthèse de l’expérience européenne du début du XVIIIe siècle dans les conditions russes] », Проблемы деятельности ученого и научных коллективов, 3, 9–17. SmaginaGalina I. 2017 « Организационная модель Петербургской Академии наук как синтез Европейского опыта начала XVIII века в российских условиях [Le modèle d’organisation de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg comme synthèse de l’expérience européenne du début du XVIIIe siècle dans les conditions russes] » Проблемы деятельности ученого и научных коллективов 3 9 17 Search in Google Scholar

Smagina, Galina I. / Somov, Vladimir A. (2021), « Из истории Петербургской Академии наук: письма Якоба фон Штелина к сыну (1779–1785) [De l’histoire de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg : les lettres de Jacob von Stählin à son fils (1779–1785)] », in Davydova, S. A. (éd.), Российская наука в европейском контексте во второй половине XVIII – первой половине XIX века, К 250-летию со дня рождения Александра фон Гумбольдта и 190-летию его путешествия по России, Saint-Pétersbourg, Российская национальная библиотека, 93–124. SmaginaGalina I. SomovVladimir A. 2021 « Из истории Петербургской Академии наук: письма Якоба фон Штелина к сыну (1779–1785) [De l’histoire de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg : les lettres de Jacob von Stählin à son fils (1779–1785)] » in DavydovaS. A. (éd.), Российская наука в европейском контексте во второй половине XVIII – первой половине XIX века, К 250-летию со дня рождения Александра фон Гумбольдта и 190-летию его путешествия по России Saint-Pétersbourg Российская национальная библиотека 93 124 Search in Google Scholar

Stählin, Karl (1920), Jacob von Stählin, ein biographischer Beitrag zur deutsch-russischen Kulturgeschichte des 18. Jahrhunderts, Leipzig, Schäpler. StählinKarl 1920 Jacob von Stählin, ein biographischer Beitrag zur deutsch-russischen Kulturgeschichte des 18. Jahrhunderts Leipzig Schäpler Search in Google Scholar

Steteskevich, Elena S. (2001), Петербургская Академия наук и становление художественного образования в России: Рисовальная палата, 1724 – 1766 гг. [Académie des sciences de Pétersbourg et formation de l’enseignement artistique en Russie : la salle de dessin, 1724–1766], thèse de doctorat soutenue à Académie d’administration publique du Nord-Ouest à Saint-Pétersbourg. SteteskevichElena S. 2001 Петербургская Академия наук и становление художественного образования в России: Рисовальная палата, 1724 – 1766 гг. [Académie des sciences de Pétersbourg et formation de l’enseignement artistique en Russie : la salle de dessin, 1724–1766] thèse de doctorat soutenue à Académie d’administration publique du Nord-Ouest à Saint-Pétersbourg. Search in Google Scholar

Steteskevich, Elena S. (2012), « Педагоги и ученики – обучение художественному мастерству в Академии наук в первой половине XVIII в. [Enseignants et élèves – enseignement des compétences artistiques à l’Académie des sciences dans la première moitié du XVIIIe siècle] », Управленческое консультирование, 2(46), 210–218. SteteskevichElena S. 2012 « Педагоги и ученики – обучение художественному мастерству в Академии наук в первой половине XVIII в. [Enseignants et élèves – enseignement des compétences artistiques à l’Académie des sciences dans la première moitié du XVIIIe siècle] » Управленческое консультирование 2 46 210 218 Search in Google Scholar

Steteskevich, Elena S. (2019), « Drawing Education at the Russian Académie of Sciences in the First Half of the Eighteenth Century », in Nanobashvili, Nino / Teutenberg, Tobias (éd.), Law Rebecca (trad.), Drawing Education – Worldwide! Continuities – Transfers – Mixtures, Heidelberg, Heidelberg University Publishing, 147–166. SteteskevichElena S. 2019 « Drawing Education at the Russian Académie of Sciences in the First Half of the Eighteenth Century » in NanobashviliNino TeutenbergTobias (éd.), RebeccaLaw (trad.), Drawing Education – Worldwide! Continuities – Transfers – Mixtures Heidelberg Heidelberg University Publishing 147 166 Search in Google Scholar

Suslova, Elena A. (1957), Михаил Павлович Павлов: скульптор XVIII века [Mikhail Pavlovich Pavlov : sculpteur du XVIIIe siècle], Moscou-Leningrad, Изд-во Академии наук СССР. SuslovaElena A. 1957 Михаил Павлович Павлов: скульптор XVIII века [Mikhail Pavlovich Pavlov : sculpteur du XVIIIe siècle] Moscou-Leningrad Изд-во Академии наук СССР Search in Google Scholar

Veselova, Alexandra (2020) « “Un sec Académicien allemand” : Louis Henri de Nicolay dans la littérature biographique russe du XIXe siècle », in Baudin, Rodolphe / Veselova, Alexandra (éd.), Louis Henri de Nicolay, un intellectuel strasbourgeois dans la Russie des Lumières, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg. VeselovaAlexandra 2020 « “Un sec Académicien allemand” : Louis Henri de Nicolay dans la littérature biographique russe du XIXe siècle » in BaudinRodolphe VeselovaAlexandra (éd.), Louis Henri de Nicolay, un intellectuel strasbourgeois dans la Russie des Lumières Strasbourg Presses Universitaires de Strasbourg 10.4000/alsace.4785 Search in Google Scholar

Wrangel, Nicolas N. (1907), « Скульпторы XVIII века в России [Sculpteurs en Russie au XVIIIe siècle] », Старые годы, 7 (juillet),251–297. WrangelNicolas N. 1907 « Скульпторы XVIII века в России [Sculpteurs en Russie au XVIIIe siècle] » Старые годы 7 juillet 251 297 Search in Google Scholar

Recommended articles from Trend MD

Plan your remote conference with Sciendo